[Magie] Pourquoi on fait de la magie ?

Dans cet article, j’explique des concepts que j’ai compris à force de pratiquer la magie devant des spectateurs. L’explication théorique de ces concepts va vous donner des clefs pour comprendre plus facilement ce qui se passe en pratique quand vous faites de la magie à un groupe de personnes. La théorie ne se suffira pas à elle même, vous assimilerez vraiment ces notions en pratiquant.

Avant même d’apprendre la magie, une première question se pose. Qu’est ce qu’on recherche à travers la magie ? La reconnaissance des autres ? Pouvoir faire le malin en soirée et être très à l’aise ? Apprendre plein de techniques pour sa propre satisfaction ? La sensation de contrôle et de ruse en « trompant » les spectateurs ? Offrir du rêve aux spectateurs ?…

La réponse à cette question est propre à chaque personne, et est bien sûr une composition nuancée des éléments énumérés précédemment ainsi que d’autres éventuelles idées.

Je trouve qu’en plus de sa richesse technique quasi illimitée, la magie est une formidable pratique qui permet de « créer » des bons moments. En effet, la plupart des gens sont réceptifs à la magie, c’est quelque chose d’assez universel. En ayant une approche sympathique et détendue d’un tour, on peut alors faire naître un moment agréable même en s’adressant à des personnes inconnues, et ceci de manière quasi systématique.

Cette notion de pouvoir « créer » des bons moments nécessite d’être capable d’instaurer une ambiance détendue avec des spectateurs. Cette compétence se développe au fil du temps en pratiquant auprès de spectateurs. On va se pencher sur l’importance de la bonne ambiance et sur les moyens de l’instaurer.

  • Importance de la bonne ambiance, comment l’instaurer

Un magicien a beau être excellent techniquement, si l’ambiance est froide, l’échange avec les spectateurs s’éteindra rapidement et tout le monde gardera un souvenir un peu gênant de la situation. Au contraire, un magicien qui arrive à mettre une bonne ambiance pourra toujours rebondir en autodérision même s’il rate son tour et il peut être presque sûr que tout le monde en gardera un bon souvenir.

Pour profiter d’une bonne atmosphère, je vous conseille de ne pas hésiter à faire passer le tour au second plan si un spectateur commence à parler. Il ne faut pas couper le spectateur prématurément pour foncer dans le tour mais vraiment lui donner de l’attention et être à l’écoute s’il veut dire quelque chose. Prenez votre temps pour être sur que tout le monde est à l’aise.

Il y a quelques blagues que j’aime bien faire pendant des tours de magie qui détendent plutôt bien les spectateurs en même temps que moi même. Je vais les partager ici, il s’agit juste d’une petite liste de blagues que vous pouvez reprendre, ou pas, selon votre propre ressenti. Vous pouvez rajouter vos propres remarques à cette liste pour avoir des petites interventions « pré enregistrées » qui détendent l’atmosphère.

1) Vous pouvez faire sélectionner une carte à un spectateur en tentant de lui forcer le choix ostensiblement. En même temps vous pouvez lui dire de ne pas se laisser influencer, en jouant bien sur l’autodérision et le ridicule de situation avec ce forçage sur-exagéré. Et là c’est l’amusement instantané, on se régale.

2) Quand le spectateur a choisi une carte, lui demander si elle lui plaît bien. Lui dire que c’est important d’avoir un bon relationnel avec sa carte et lui demander s’il veut changer de carte parce que c’est encore possible. S’il veut changer vous pouvez lui en indiquer une autre en disant « j’avais pensé à celle là », et là rebelote on rit aux éclats.

Voilà c’était vraiment une petite liste. En fait on est là pour s’amuser donc quand on a réussi à se mettre dans ce bon état d’esprit, les impros viennent toutes seules et on s’éclate. Pas besoin de se mettre la pression, on est pas là pour faire une représentation professionnelle de magie (et quand bien même, regardez Eric Antoine, ce professionnel de la magie est presque plus humoriste que magicien et ça plaît énormément, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil à ce qu’il fait c’est un bon exemple si vous êtes un peu coincé)

Cette petite fripouille d’Eric Antoine

Personnellement, j’adore faire de la magie en y mettant de l’humour et de la détente, après si vous êtes plutôt du genre à écouter des musiques sombres en regardant la pluie par la fenêtre, il se peut que ça ne soit pas l’approche la plus pertinente. D’autres attitudes sont possibles comme par exemple avoir un côté un peu mystérieux, à vous de voir comment vous préférez aborder la chose selon votre personnalité.

Je recommande donc fortement l’approche détendue et humoristique mais c’est à vous d’adapter l’ambiance que vous souhaitez faire ressentir.

On vient de réfléchir sur l’importance de l’ambiance et sur les moyens de l’instaurer, maintenant on va voir comment s’entraîner pour y parvenir de plus en plus facilement.

  • Développement de l’aisance, s’entraîner à créer une bonne ambiance

Au début, ça demande un réel effort de faire de la magie devant un groupe d’amis, puis en pratiquant ça devient facile. Pour progresser, le plus efficace est de sortir de sa zone de confort.

Par exemple, une fois que c’est devenu facile de faire de la magie à un groupe d’amis, vous pouvez essayer de présenter un tour à un groupe d’inconnus (dans un bar ou dans un parc, ou n’importe où à condition de ne pas être intrusif, par exemple pas dans une bibliothèque).

Pour cela, une possibilité est de vous introduire comme : « Bonjour, je fais un peu de magie et j’ai un nouveau tour que j’aimerais présenter à mes amis, et comme vous avez l’air sympathiques bah je pensais vous le faire pour avoir vos retours ! ». Cette approche est à adapter selon votre manière de vous exprimer etc … L’important étant de sourire et de continuer à trouver votre propre intervention marrante, même si les gens en face semblent vous renvoyer de l’incompréhension. N’oubliez pas que globalement les gens sont gentils (à part quelques-uns mais ils se font rares)

Quand vous faites de la magie à des inconnus, deux cas peuvent se présenter :

Premier cas de figure, les gens vous renvoient des sourires et de la bonne énergie, ça devient alors de plus en plus facile de maintenir une bonne ambiance, et tout le monde y gagne en bonne humeur, vous y compris. Là c’est juste excellent.

Second cas de figure, les gens semblent un peu froids et distants et ne réagissent pas trop, ce qui va vous mettre un peu mal à l’aise. Dans ce cas là il est possible que ces gens soient juste un peu « timides » et qu’ils aient besoin d’un peu de temps pour se détendre et être à l’aise. Il faut alors ne pas se laisser intimider et garder le sourire autant que possible, en pensant bien à toujours s’amuser soi même. Il ne faut pas mettre fin à l’interaction trop tôt même si elle est inconfortable au début. Pour l’exemple, j’ai déjà commencé un tour à des inconnus en terrasse d’un bar un peu dans le malaise, puis l’ambiance a fini par se détendre et on a passé toute la soirée ensemble, c’était incroyable. En revanche c’est aussi possible que les gens ne soient pas intéressés et préfèrent rester tranquilles, auquel cas il faut désamorcer tranquillement en partant avec classe et politesse.

En principe la différence entre des gens « timides » mais dans le fond intéressés, et des gens qui souhaitent vraiment que tu dégages se ressent à force de s’entraîner, à travers leur langage corporel etc … Cette lecture de langage corporel se ressent à force de vivre ce genre de situations, ici la théorie s’incline devant la pratique.

L’erreur à éviter est d’interrompre une interaction trop tôt. Dans le pire des cas, c’est une ou deux minutes de perdues pour les personnes en face, et dans le meilleur des cas c’est une porte vers un excellent moment qui s’ouvre. Mais ce qui est sûr dans tous les cas, c’est que vous gagnerez en assurance et en confiance en vous même en cas d’échec. Vous gagnerez quoi qu’il arrive un souvenir où vous avez eu le courage d’aller vers l’inconnu (ce qui n’est pas rien, le commun des mortel aurait trouvé une excuse pour ne pas y aller, vous êtes stylés quand même !).

À force de pratiquer, votre zone de confort va s’élargir et vous serez de plus en plus insensibles aux éventuels malaises générés par des spectateurs inconnus. De plus, en cas d’interaction qui n’aboutit pas, votre confiance en vous consolidée par une multitude de succès passés vous permettra de ne pas vous prendre la tête et de comprendre le fait que parfois les gens n’étaient juste pas dans l’état d’esprit de partager un moment.

  • Conclusion de cet article
    • Pourquoi voulez-vous faire de la magie ?
    • Importance de la bonne ambiance, moyens de l’instaurer
      • L’ambiance en elle même est plus importante que le tour pour que tout le monde en garde un bon souvenir
      • Faire passer le tour en second plan, être à l’écoute des spectateurs et plaisanter avec eux
      • Petites blagues classiques pour détendre l’atmosphère
      • Autres approches possible que l’humour, à vous d’adapter selon vos ressentis
    • Développer son aisance
      • Entraînement avec des groupes d’amis
      • Sortie de sa zone de confort, magie pour des inconnus
      • Ressentir l’état d’esprit des gens dans leur langage corporel
      • Prendre conscience que même un échec fait progresser, dissocier son égo du résultat

Vous voulez en apprendre plus ? ;D

Vous pouvez visionner mes vidéos sur la psychologie de la magie :

https://www.youtube.com/channel/UCkvflLIpYSHC7P6r3EuQZyw?

Si cela vous a plu, je vous propose maintenant de découvrir la puissance de l’anticipation pour un magicien gratuitement par mail !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *